Retour

Retour
Analyses - 12 janvier 2005

Filtres

Filtres

Type de contenu

Tous les types

Thématique

Toutes les thématiq...

Analyste

Tous les analystes

Chronologie

janvier 2005

Recherche

L
Imprimer Ailleurs dans le monde, Produits et activités,

Prendre des vacances à Berlin ou sur une île tropicale? Et pourquoi pas les deux!

Qui ne rêverait pas de passer des vacances dans un paradis tropical sans devoir prendre l’avion, sans contrainte de vaccination ni de passeport, un jour ou quelques heures, pour se dépayser ou relaxer après une semaine de travail trop stressante? Au coeur de l’Europe, un riche homme d’affaires malaisien, Colin Au, invente une nouvelle façon de voyager.

C’est le 19 décembre dernier qu’a été inauguré en Allemagne, dans la banlieue berlinoise, le Tropical Islands, une incroyable station balnéaire intérieure.

Cet ancien hangar d’assemblage de Zeppelin, en Allemagne de l’Est, propose maintenant un complexe récréo-éducatif incluant:

  • un parc aquatique;
  • un jardin botanique pour plantes tropicales et orchidées où seront organisées des expositions;
  • une forêt vierge;
  • un village asiatique avec des bars et restaurants typiques;
  • la réplique d’une maison thaïlandaise;
  • une lagune rappelant celle de Bali;
  • 200 m de plages de sable blanc accueillant bon nombre de terrains de volley-ball de plage;
  • plusieurs scènes pour les spectacles nocturnes et autres comédies musicales;
  • et enfin, un horizon changeant, projeté sur un écran de 140 mètres de long.

À deux pas d’une capitale allemande qui se présente comme une destination touristique en forte progression (13 millions de nuitées en 2004 pour 6 milliards d’euros en retombées touristiques) et qui occupe maintenant la troisième position au niveau européen après Paris et Londres, ce nouveau complexe a tout pour plaire.

Une expérience unique dans un lieu unique

Les chiffres ont de quoi impressionner: 66 000 m2 au sol, une longueur de 360 m, une largeur de 210 m pour une hauteur de 107 m (assez grand pour contenir la statue de la Liberté et 14 Boeing 747), 850 chaises longues, un investissement de 111,4 millions $CA, 800 emplois créés dans une région où le taux de chômage s’élève à 20%.

À seulement une heure de route de Berlin, ce nouveau parc est ouvert
24 heures sur 24, 365 jours par année. Le billet d’entrée coûte 24 $CA la journée (8 $CA pour 4 heures), un tarif très concurrentiel en comparaison avec d’autres parcs d’attractions aquatiques européens, beaucoup plus petits. Les personnes intéressées à passer plusieurs jours sur place peuvent également y louer des tentes.

La température de l’air est de 25°C (35°C sur la plage) et celle de l’eau navigue entre 28 et 31°C, le tout sur fond sonore de forêt vierge, sans les insectes qui viennent généralement avec.

Le public cible: toute personne habitant à moins de trois heures de voiture du site, soit 16 millions de visiteurs potentiels.

Plusieurs grands défis:

  • le chauffage: maintenir un climat tropical dans un tel volume tient de l’exploit, surtout lorsque la température hivernale descend sous zéro à l’extérieur;
  • attirer la clientèle habitant à moins de trois heures du site: une volonté qui semble un peu exagérée pour ce type d’attraction, compte tenu du trajet aller-retour;
  • faire tourner la machine 24 heures sur 24: ce qui nécessite, achalandage ou non, un nombre très élevé d’employés;
  • rentabiliser l’investissement de départ.

Même engouement en Amérique du Nord

Aux États-Unis, le premier parc aquatique intérieur a vu le jour en 1989 dans le Wisconsin (le Polynesian Resort Hotel & Suites, Wisconsin Dells). C’est aussi dans cet État que l’on retrouve la plus grande concentration de parcs aquatiques américains, soit 18 centres intérieurs et 3 extérieurs, pour un total de plus de 200 glissoires. C’est également là que l’on retrouve le plus grand parc aquatique des États-Unis, avec 11 615 m2 de surface (le Kalahari Resort).

Mais, c’est au Canada que l’on peut voir le plus grand parc aquatique d’Amérique du Nord: le World Waterpark, situé dans le West Edmonton Mall (Edmonton, Alberta). Avec ses 20 235 m2, il est 18 fois plus spacieux que le plus grand parc aquatique des États-Unis.

Aménagée dans l’enceinte d’un centre commercial, la plage intérieure à vagues offre aussi des bains tourbillons, un promontoire pour les sauts de bungee, 23 glissoires, des barboteuses pour les tout-petits, etc., le tout dans une température variant entre 26 et 30°C.

Envolées les craintes d’un nouveau tsunami ou d’une épidémie de SRAS

Depuis les attaques du 11 septembre, de plus en plus de familles américaines ont délaissé les voyages en avion pour de courts séjours régionaux (2 à 4 jours). Ce concept de «vacances éclair» prend donc ici une toute nouvelle dimension et il n’est pas étonnant de constater que ce créneau soit en forte croissance.

De plus, à l’heure où l’Asie du Sud tente, corps et âme, de redorer son image après la dévastation du tsunami et les épidémies de SRAS ou de malaria, ce type de parc d’attractions sera-t-il une nouvelle façon de goûter aux plaisirs tropicaux?

Voir aussi

Les parcs à thèmes en Amérique du Nord: maturation, consolidation et diversification
Tropical Islands (Berlin)

World Waterparks Association
West Edmonton Mall


Sources:
– Connolly, Kate. «Germans get taste of tropics an hour’s drive from Berlin», London Daily Telegraph, 20 décembre 2004, p. 12.
– Williamson, Hugh. «Welcome to tropical paradise, just an hour from Berlin – and indoors: Airship hangar in economically depressed corner of eastern Germany houses nation’s most unlikely theme park, reports Hugh Williamson» , Financial Times, 15 décembre 2004, p. 6.
– Voilà. «Berlin s’affirme comme destination touristique», 7 janvier 2005.
– Sangree, David J. «Splashtacular growth», World Waterparks Magazine, octobre/novembre 2004.
– Herzog, Karen. «Dells water parks rival warmer destinations», Sentinel, 14 février 2003.

 

  • linne

    j’habite en suisse,mais le faite d’avoir une plage intérieur comme celle-ci à berlin c’est encourageant pour passer du temps là bas ou il y a tout,surtout en hiver!

Consultez notre Netiquette